Ciné-chamanisme, de Lascaux à l'image animée

Après avoir grandi toute mon adolescence en Dordogne, c'est finalement assez récemment que j'ai découvert les peintures pariétales de Lascaux. Malgré que ce soit une reproduction j'ai immédiatement senti une connexion très forte avec ma vocation. Comme si un courant invisible reliait les premières peintures de l'Humanité avec le langage cinématographique. Certains animaux semblaient capturés dans un arrêt sur image, alors que d'autres mis les uns à la suite, composaient une série d'images rappelant l'animation. Immobilisme et mouvement. S'il on pense en plus que les stalactites d'autres grottes portent des marques de percussions régulières, on est pas loin du tout d'un film sonore. Qui sait, peut-être ces espaces sacrés étaient-ils destinés à évoquer des récits mythiques, à l'aide d'images et de musiques. Lascaux, premier cinéma parlant ?

 

Et si, comme les rites chamaniques, le cinéma avait le potentiel d'être un Art de la guérison ? Cette idée n'a cessé depuis de grandir en moi. J'ai donc décidé d'explorer cette intuition, afin de me rapprocher par tâtonnements d'une compréhension de cette réalité au travers du langage cinématographique. Le ciné-chamanisme ne peut donc pas se rapprocher d'un mouvement artistique défini ou être circonscrit par des étiquettes. C'est un horizon, un saut dans le vide, une profession de foi.

Nos angoisses - Ciné-chamanisme 1

Les histoires d'inconnus s'entremêlent. Leurs mains trahissent leurs pensées. Sommes-nous ce que nos mains donnent à voir ?

 

Les premières représentations picturales de l'Humanité comportent des empruntes de mains. Réalisées par projection de pigments, ces mains imprimées sur les parois des grottes sacrées nous informent autant sur les artistes que sur leur vision du monde. La main, pour signifier qu'on est ce qu'on fait, mais aussi qu'il n'y a pas de séparation entre l'action et la pensée.